Econocom et le bassin d’emploi de Fontainebleau face au chômage partiel

lundi 12 octobre 2009, par CGTEMS


La section syndicale CGTEMS se pose des questions sur les conséquences de la perte du seul contrat que nous avions sur Fontainebleau.

Il y a de nombreuses années que nous étions présents chez ce client, nos prestations étaient appréciées et reconnues.
Nous avions même intégré dans nos effectifs un certain nombre de salariés du client.

C’est pourquoi la CGT, à l’annonce de cette catastrophe, s’est rendue rapidement sur ce lieu pour rencontrer les salariés d’EMS, et aussi les élus CGT de l’entreprise utilisatrice.
Et pourtant le 31 août 2009 c’était le dernier jour de travail sur ce site.

Alors que commercialement c’était un échec, non pas d’avoir perdu ce contrat mais de ne pas en avoir signé d’autres aux alentours, il était annoncé un voyage pour une équipe, en Jet Privé, pour un match de foot pour les récompenser de la signature d’un appel d’offre.
Si nous sommes très contents pour eux, nombre d’entre nous avons trouvé cette annonce déplacée face à des collègues, qui après de longues années perdaient leurs postes de travail.

Mais que sont devenus la trentaine de personnes qui y travaillait ?

Pour ceux qui sont en bas de l’échelle sociale et hiérarchique, départ sous forme de rupture conventionnelle, mobilité vers Les Ulis et Paris (soit encore près de deux heures de transport aller), et pour un petit nombre du chômage partiel.

Pour ceux d’entre vous qui sont intéressés de connaitre précisément le fonctionnement du chômage partiel cliquez ici.

Ainsi EMS en raison de la conjoncture économique (la crise) fait appel à ce dispositif, qui permet de réduire des pertes liées au salaire de ces collègues devenus « improductifs ».

Pour rappel, lors de la réunion CE du 23/07/2009 à l’ordre du jour figurait le point suivant « Consultation sur la mise en place du Chômage partiel pour les collaborateurs xxxxxx ». Le résultat a été 2 voix pour et 1 abstention.
D’une part comme quoi la Direction utilise le mot « collaborateur » pour faire plus joli, au lieu de « salarié » pour ne pas faire référence au salaire, mais c’est bien nos salaires qui sont le cœur de la guerre pour les P&L, et d’autre part vous pouvez avoir la certitude que les élus CGT au CE auraient voté contre.

Pour la section syndicale CGTEMS, il s’agit tout bonnement d’une période d’inter contrat, que les salariés vont subir financièrement sans en être les fautifs.
C’est pourquoi, nous demandons que les fiches de paie ne reflètent aucune perte, soit une rémunération à 100%.

De nombreux accords prévoient le versement d’allocation conventionnelle complémentaire. C’est en tout cas une bataille que mène la CGT. Cette allocation complémentaire est en générale prise en charge par l’employeur.

Alors que les syndicats patronaux négociaient en même temps avec les syndicats de salariés (dont la fédération CGT des Sociétés d’Etudes) et le gouvernement, les négociations se sont arrêtées dés que le patronat à trouver un accord avec le gouvernement pour être encore mieux indemnisé, sans réels avancées pour les salariés.

Sachant, que selon plusieurs études la mise en place du chômage partiel, est annonciatrice de licenciements économiques, les inquiétudes n’ont pas tardé à faire leur apparition.

Nous finirons par 1 phrase de Michel Audiard « Dans la vie on partage toujours les emmerdes, jamais le pognon » et la vidéo ci-dessous.


MEDEF, vraiment impopulaire

--------------------------------------------------------------------------------

--------------------------------------------------------------------------------

2 Messages de forum

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé |  CGTEMS © 2007 - Tous droits réservés |   Réalise par