Négociation de la Convention Collective des Bureaux d’Etudes (dites SYNTEC) de mai 2013

Augmentation des minima de branche

vendredi 5 juillet 2013, par CGTEMS


Le patronat a fait une proposition d’augmentation de la grille entre 1,65% et 1,72%. Les quatre organisations syndicales ont proposé 2%. La CGT a demandé que le début de grille soit à 1 700 € et que le premier coefficient Cadre soit au moins au Plafond Mensuel de la Sécurité Sociale (PMSS : 3 086 €), y compris via un échéancier.

Les organisations syndicales patronales, ayant besoin d’une signature, ont donné leurs accords sur 2% avec une date d’application au plus tôt au 1er août 2013. Après un débat quelque peu ubuesque, le patronat et quatre organisations ont donc signé un accord salaire qui entérine une baisse du pouvoir d’achat des ETAM (Employés, Techniciens et Agents de Maitrise) et une paupérisation des IC (Ingénieurs et Cadres).

 

ETAM

 

IC

Position

 

Coefficient

Minima (35h)

 

Position

Coefficient

Minima (35h)

Minima Cadres de mission

Minima Cadres autonomes

 

115%

120%

1.3.1

220

1454,00

 

1.1 Débutant

95

1919.95

2207.94

 

1.3.2

230

1482.50

 

1.2 Déb. diplômés

100

2021.00

2324.15

1.4.1

240

1511,00

 

2.1 *

105

2122.05

2440.35

2.1

275

1617.55

 

2.1 **

115

2324.15

2672.77

2.2

310

1717.30

 

2.2

130

2627.30

3021.39

2.3

355

1845.55

 

2.3

150

3031.50

3486.22

3.1

400

1979.00

 

3.1

170

3422.10

3935.41

4106.52

3.2

450

2121.50

 

3.2

210

4227.30

4861.39

5072.76

3.3

500

2264.00

 

3.3

270

5435.10

6250.36

6522.12

* - de 26 ans, ** + de 26 ans

Autrement dit, un accord de salaire version austérité. Alors que ce sont les salariés-es qui créent les richesses, ce sont encore eux qui sont pénalisés. En un an, le pain a augmenté de 7%, les pâtes de 17%, les légumes de 11%, le forfait hospitalier de 26%... D’ailleurs, l’INSEE a souligné une baisse de pouvoir d’achat que consacre cette misérable augmentation de 2%.

En ce qui concerne les IC, s’ajoute la mise à mal de leur statut par le creusement de l’écart minima PMSS. En cela SYNTEC et CINOV, avec la complicité de certaines organisations syndicales continuent à fabriquer des « Cadres low cost ».

Pour mémoire, le dernier accord sur les salaires date de 2011 et avait été signé par un seul syndicat, il aura fallu à nouveau attendre 2 ans pour avoir 2%, soit des queues de cerises.

Attention, les éventuelles augmentations ne concernent par tout le monde, mais seulement celles et ceux qui sont au minimum de la convention collective ci-dessus. Au contraire de ce que voudrait vous faire croire certains, il n’y a vraiment pas de quoi se réjouir.

Nous vous invitons à lire la note CGT « SUR LES SALAIRES ET LE POUVOIR D’ACHAT POUR PRÉPARER LA CONFÉRENCE SOCIALE JUILLET 2013 ».
Il est indispensable d’augmenter les salaires pour renouer avec la croissance.

Malgré l’acquisition de nouvelles sociétés par Osiatis, (la dernière en date ESR), la Direction n’a guère fait d’effort pour ses salariés cette année. A part une petite prime, dont les avantages fiscaux ne sont pas négligeables pour Osiatis, pas grand-chose. Ou plutôt si ! une augmentation « au mérite » donc à la tête du client ! Belle avancée !
Et pourtant Osiatis a maintenu une bonne croissance  de son chiffre d’affaires de plus de 10,4% !  Quand,  nous, salariés, allons-nous goûter le fruit de la récolte ? c’est pourtant grâce au travail des salariés que la croissance se fait.
Salariés, soyez solidaires à nos actions, rejoignez-nous !

De façon dogmatique, la Direction d’Econocom veut nous imposer son opinion au plus grand mépris du Code du Travail qui stipule dans son article L. 2241-12, que les négociations doivent être « engagées sérieusement et loyalement ».
Or comment peuvent-elles être sérieuses en l’absence des documents nécessaires à construire nos bases revendicatives. Comment peuvent-elles être loyales si le patron veut un accord portant sur l’individuel alors qu’il s’agit d’un accord collectif.
Eh oui… une nouvelle fois, ce qui nous est proposé est une augmentation au mérite de façon discrétionnaire. Autrement dit « à la tête du client » dans le plus grand obscurantisme.

Malgré l’acquisition d’ESR par Osiatis fin 2012, les NAO pour 2013 n’ont pas dénoté des années précédentes:
AUCUNE augmentation collective, ni enveloppe allouée à ESR ! La Direction martelle que ESR est déficitaire alors que le travail de nos collègues sur d’autres contrats du Groupe Osiatis génère du bénéfice.
- Comment ESR pourrait-elle un jour être bénéficiaire ?
- Comment les salariés pourraient-ils récolter le fruit de leur labeur ?

C’est ENSEMBLE que nous saurons rappeler aux dirigeants la valeur de notre travail !

Des divergences entre la direction et la CGT au cours des Négociations Annuelles Obligatoires (NAO) ne nous ont pas permis de signer un accord. Refus de notre direction de faire une augmentation générale alors que nos dirigeants nous annoncent chaque année et ce depuis plusieurs, que notre société fait des bénéfices. Nous ne voulons pas que les augmentations de salaires soient conditionnées par des objectifs de société atteints ou non. Nous ne comprenons pas pourquoi notre direction s’entête à garder ces conditions. Vous pouvez constater que depuis quelques années les augmentations de salaire des mois d’octobre n’ont pas eu lieu alors qu’au cours de nos réunions d’agence on nous vante les résultats satisfaisants. On se demande bien pour qui ils nous prennent.

Avec un  salaire moyen des Techniciens Osiatis Systems égal à 1.877 Euros bruts / mois en Janvier 2013 vs 1874 euros en 2011, en sachant que 39,07% de salariés Osiatis Systems n’ont pas eu d’augmentation et 18.65 % ont obtenu une augmentation inférieure à 1 % en 2012 ! Quand on sait qu’Osiatis Systems représente 2480 Salariés au 31 Mai 2013, soit plus de la moitié des effectifs et que le Groupe OSIATIS affiche pour 2012 une croissance de son CA de + de 10.4 %, n’y aurait-il pas un problème ?????

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé |  CGTEMS © 2007 - Tous droits réservés |   Réalise par