Labor, laborare, collaborare ... ... collaborateur

lundi 7 juillet 2008, par CGTEMS


La section syndicale CGTEMS a souhaité mettre à votre disposition cette nouvelle rubrique, car pour bien comprendre la communication de notre direction, il est utile de savoir ce qui se cache derrière certains mots.

C’est pourquoi nous avons décidé de commencer par celui qui est actuellement le plus emblématique, le mot « collaborateur ».

Etymologie :
Du latin co « avec » et laborare « travailler » => collaborare « collaborer »

Définition :
Collaborer : Travailler en collaboration.
Collaboration : action de travailler de concert avec un ou plusieurs autres à une œuvre commune.
Collaborateur, trice : personne qui tavaille avec une autre, d’autres.

Synonyme :
Agir, aider, aller ensemble, assister, concourir, contribuer, correspondre, mettre la main à la pâte, participer, s’assembler, s’associer, seconder, servir, travailler, associer, coopérer.

Historique :
Collaboration, collaborateur apparu au XVIIIème siècle
Collaborer apparu au XIXème siècle

Dans le code du travail et les conventions collectives, seul le mot « salarié » est utilisé.
Curieusement en entreprise on veut nous faire croire que nous ne sommes pas des salariés mais des collaborateurs. Ceci dans un but, qui est de nous faire croire que nous sommes tous au même niveau (amplifié par le tutoiement), sans hiérarchie et que nous sommes tous impliqués personnellement dans le destin de la société.
Ne nous leurrons pas les grades existent, c’est bien les strates supérieurs qui décident qui sera augmenté, qui sera félicité, qui aura une promotion, et même qui est celui dont on doit se séparer. Par contre la base n’a pas son mot à dire sur la qualité de ceux qui les dirigent.

En utilisant le mot « collaborateur » un sentiment d’égal à égal s’instaure, mais :
· Qui prend les transports en commun, et qui a une voiture de fonction ;
· Qui déjeune avec une contribution de 4€60, et qui déjeune avec note de frais ;
· Qui a des petits salaires, et qui a de gros salaires + primes ;
· Qui pointe ses horaires, et qui ne les pointe pas ;
· Qui devient un fardeau dés qu’il n’a pas de mission, et qui est chargé de les trouver ;
· Qui est obligé (sans raison) de faire des missions inférieures à ses compétences, et qui les lui donne ;
· Qui subit la pression, et qui la retransmet ;
· Qui demande des formations, et qui les valide ;
· Qui est le subordonné, et qui est le donneur d’ordre ;
· Qui se met à quatre pattes sous un bureau pour brancher les câbles informatiques, et qui le regarde ;

Où est la collaboration quand, le fruit du travail de tous n’est pas partagé équitablement ?

Il faut aussi rappeler la grande messe, appelé Kick Off, où on se retrouve tous (enfin ceux qui veulent bien venir) pour nous donner les chiffres et surtout nous dire que l’on est les meilleurs, que l’on progresse mais pas assez pour avoir des augmentations générales.
En effet, il faut bien payer les actionnaires.

Le cas du licenciement est intéressant, car là ce n’est plus un collaborateur mais un incompétent, un voleur, un trop vieux, un trop cher, un ingérable, un qui ne veut pas faire d’effort, un qui ne veut pas rendre service, etc. …

Le 21 août dans un entretien au quotidien Sud-Ouest, Nicolas Sarkozy déclarait « Le Premier ministre est un collaborateur. Le patron, c’est moi », François Fillon a ensuite fait savoir qu’il n’était pas le collaborateur du président.
Comme quoi d’être un « collaborateur » n’est pas forcément une satisfaction.

Ne croyez pas que nous sommes contre la collaboration, au contraire à l’intérieur de notre section syndicale, elle est omniprésente. Mais entre nous il n’y a pas de n+1 n+2, et il n’y est pas question d’appointement non plus.
Il est aussi possible dans des associations de collaborer bénévolement.

Chez notre employeur, nous sommes là pour gagner un salaire et ainsi payer nos charges, si en plus on travaille avec plaisir et reconnaissance tant mieux !!!

Maintenant quand vous lirez les documents de notre direction, traduisez collaborateur par salarié.

10 Messages de forum

  • Labor, laborare, collaborare ...

    8 juillet 2008 09:32, par Yvan Sandre
    Bravo Nelson, ce terme collaborateur put et doit être banni de notre langage quand il est employé à la place de salarié ou employé, il n’a qu’un seul but, nous faire oublier nos conditions de travail afin de moins revendiquer.
    • Labor, laborare, collaborare ... 8 juillet 2008 23:45, par CGTEMS
      labor, laborare, collaborare, elaborare
      travail, être à la peine, travailler de concert, réaliser à force de travail
  • Labor, laborare, collaborare ... ... collaborateur

    18 juillet 2008 16:04, par Sébastien FOURNEAU

    Bonjour à toutes et à tous ! Je voudrai tout d’abord souligner la qualité de l’action de Nelson. C’est un militant comme il en faudrait plus chez EMS.

    L’article est intéressant et fort bien formulé. En effet, il est rare qu’on rappel des fondamentaux sémantique comme celui-ci. (Interprétation des symboles, étude du langage consacrée à la signification des mots). Car on est en plein dedans !! Et oui chers (es) camarades ... nos amis anglo-saxons appellent cela « Master of puppets » ! L’art de la manipulation.

    Et bien pas d’accord je ne suis. Collaborer ce n’est se faire exploiter, ce n’est pas accepter sans négocier de voir sa charge de travail multipliée par deux ou trois au détriment de la qualité du travail ...et j’en passe. (Etant sur le contrat EDF je sais de quoi je parle, et là c’est mort Nelson c’est qui je suis maintenant, l’anonymat est levé :-) LOL ) Si c’est cela collaborer, je vais trouver un autre synonyme : exploitation ou se foutre de la gueule de monde" pour être plus trivial. Soyons sérieux, quand on veut collaborer et que l’on joue leur jeu, on nous dit que ce n’est pas suffisant, qu’il faut encore faire des efforts. Plus d’efforts ? C’est quoi ? Accepter de bosser pour rien ? Pour critiquer et demander plus ils sont forts, mais où ils sont pour féliciter le bon travail et le contentement du client... là y’a plus personne ! Car c’est ça aussi le management : gérer le mauvais comme le meilleur. Et là ils sont hors jeu.

    Nous ne sommes pas des associations caritatives mes amis. Et là jouons avec leurs armes, qu’est-ce que le marché du travail ? => C’est la rencontre d’une offre et d’une demande qui se mettent d’accord sur un prix, une quantité, un état à un moment donné Et comme disait Nelson dans son article, le salarié, nous en l’occurrence, devrions être rémunérés en conséquences. Hors, EMS est spécialiste du hors jeu, du hors concours et j’en passe. Alors, leur outils de communication, leurs techniques à deux ronds et leurs valeurs ne valent pas le prix d’un ticket de métro (suis sympa je prends les tarifs parisiens).

    J’espère que cela ouvrira les yeux des ceux qui se plaignent constamment sans jamais rien entreprendre pour défendre leurs conditions de travail et le respect de leur contrat. Si ces gens là prenaient la peine de faire un minimum respecter leur contrat de travail, nous aurions certainement un peu plus de poids et d’écoute auprès de la direction. La situation pour tous serait meilleur si nous agissions TOUS ensemble. Et là qui sait, on pourra peut-être parler de partage, de travail en collaboration. Pour les autres, j’espère que ces quelques mots vous conforteront dans l’idée de notre lutte au quotidien.

    J’espère ne pas avoir été trop virulent et hors contexte.

    Merci à Nelson et à toute la fédération CGT pour leur action et leurs efforts. Cordialement Séb

    • La situation pour tous serait meilleur si nous agissions TOUS ensemble. Et là qui sait, on pourra peut-être parler de partage, de travail en collaboration. Pour les autres, j’espère que ces quelques mots vous conforteront dans l’idée de notre lutte au quotidien.

      Surtout si c’est pour faire une guerre intersyndicale ! C’est tellement plus facile de s’en prendre à ses propres paires... Collabo... C’est très choquant mais le reste... A vous voir et à juger de votre efficacité on ne comprend pas bien votre lutte... S’en prendre à la sémantique.... Poète, jardinier, cantonnier... Est-ce bien cela votre nouvelle force de combat ??? Et le patron vous en faites quoi ? Vous lui dites de ne pas parler avec ce vocabulaire mais comment vous défendez nos droits ??? Vous me rappelez ces culs bénis et les saints sacrements qui interdisaient, comme vous le faites, certains mots sous peine de purgatoire... Pire L’enfer ! Et quoi ? L’enfer existe Monsieur de la CGT ? Collabo... Collabo ??? Et alors si nous on a envie de collaborer ? Si les travailleurs préfèrent vivre en collaboration avec leur mai maître et leur dieu ? Pourquoi pas ? Qu’est ce qui vous gêne ??? Qu’est-ce qui vous dérange ? Moi je trouve cela plutôt drôle... Faire le chien ou la chienne... Quand on est consentant/e ??? Tant qu’on est pas sous un règne fasciste, tant qu’il n’y a pas de dictature absolue et que l’on extermine pas tous ceux/celles qui pourrait déranger le pouvoir : où se trouve le problème ? Au grand dam de la cgt... Un petit peu d’humour,

      Écoutez ceci :

      Non-Il s’agit d’un problème de conscience - Ce problème devient syndical quand le délégué n’accepte pas la création d’une véritable contre force, la mis en place d’un véritable contre pouvoir et, qu’il s’allie de ce fait avec le patron, c’est à ce moment là que sa conscience (pour peu qu’il en ait une) lui renseigne qu’il devient UN VRAI COLLABO Parce que c’est cela être un COLLABO : Être en désaccord avec ses propres valeurs et fonctions... D’aucun oserait le mot traître mais peu importe, ce ne sont pas les travailleurs qui sont traître parce qu’avant tout, pour être syndicaliste il faut avoir de l’audace, il faut avoir de la gueule, il faut avoir autre chose dans l’esprit qu’un plume écrire blablabla de comptoir Heu oui heu moi je trouve qu’il ne faut pas employer ce mot-là : à-bas ! à-bas ! à-bas ! crotte au mot collaborateur - pouah ! Que ce mot est laid ! Supprimez le de votre sémantique !

      Hé oui ! C’est vrai ! Votre genre est périmé ! Il faut avouer que vous ne faites pas le poids, vous êtes comment l’écrire ? Ces machins cornus qui n’ont plus de boules... C’est cela même... Certes dame cgtems : Des bœufs « Meuuuuh » Et arrêtez de faire semblant de savoir écrire

      J’espère ne pas avoir été trop virulent et hors contexte. Merci à Nelson et à toute la fédération CGT pour leur action et leurs efforts. Cordialement Séb

      Virulent ??? Tu rigoles ???

    • Labor, laborare, collaborare ... ... collaborateur 8 avril 2009 16:35, par Fabien PIERRE

      « Camarade » Sébastien

      Ta réponse à Nelson est éclatante.(c’est pas une brosse à reluire que tu emploies c’est une rotative pour « carwash » !!!)

      Au lieu de prendre des exemples ponctuels, sorti du contexte,ou tout autre chose pour produire une lutte qui ne produit que du vide et de la division syndicale il est facile d’en faire au tant ! En voici un exemple : Quand Nelson demande dans notre dos à la Direction nos adresses respectives et celles de nos centrales est-ce de la collaboration ou de la délation qu’il fait ?!

      Par contre nous sommes prêt, c’est à dire tout un comité européen et une delegation syndicale belge entière à venir devant tout militant qui le désire pour expliquer voir pour « crier » et décrire votre comportement qui ne peut avoir le « titre » de syndicalisme !!!!

      Mais qu’avez vous apporté aux personnel d’Econocom ? Rien et vous ne saurez jamais rien lui apporter !

      Organisons cette rencontre avec l’ensemble de vos militants et les notres et il ne faudra pas beaucoup de temps pour démontrer votre incapaciter à combattre le patron !!!

      Allez chiche on le fait. Contact pour tous : [Email] 00.32.496.59.34.24

      • Labor, laborare, collaborare ... ... collaborateur 9 avril 2009 10:17, par CGTEMS
        En parlant de délation, qui a téléphoné à la fédération CGT pour se plaindre de Nelson MARQUES, ne serait ce pas toi justement ?
        • Labor, laborare, collaborare ... ... collaborateur 9 avril 2009 14:14, par Fabien PIERRE

          Camarade,

          J’ai téléphoné à ta direction dans le mandat que j’ai c’est à dire en tant que Président des membres syndicaux comme nos status le prévoient. (voir status) pour arranger les problemes que tu causes par ta façon irresponsable de travailler !Donc pas probleme sur ce fait.La CGT au nom du Murielle C. a signé la Charte qui nous unit et ses statuts, on se fit à qui nous ?!!!Puisque tu prends la sémentique des mots prends aussi la sémentique d’accords signés ! C’est à dire que la CGT via son représentant titulaire à signé la charte et ses statuts qui en découlent et donc doivent être respectés .. De quels droits ne les respectes tu pas ? Et si de droit tu es contre alors dénonces ceux-ci et prends en charge les conséquences.(déssacord discutés avec tous les representants CGT du groupe je suppose y compris ASS ?! !!!!) Ou tu te mets en dehors ou tu restes dedans. Tu ne peux faire les deux ce qui engendrerait un grand écart difficile à soutenir !!! Tu viens de répondre comme tu réponds toujours c’est à dire en sortant du contexte les choses et en apportant rien de positif.Je suis toujours prêt à un « meeting », dans un premier temps,(voir plus après !) de tous nos représentants du CoEE devant tes militants pour qu’ils expliquent de vives voix et surtout de donner un autre son de cloche que celui que tu diffuses....arrives avec des choses concrètes et montres nous que tu sais négocier devant une direction et attaques celle-ci au lieu de nous mettre la faute sur ton incompétance à définir une stratégie claire et efficace. Ce n’est pas toi qui reçois les lettres d’avocat de notre direction !!!! Tu veux de la démocratie, tu veux un débat par des militants de bases .. c’est quand tu veux !!!Alors organises le !!!!

          Fabien

          • Labor, laborare, collaborare ... ... collaborateur 16 juillet 2009 00:50, par CGTEMS
            Tout d’abord nous sommes amusés par l’entrée en matière par ce délégué du SETCA (syndicat belge) qui dit « Camarade » alors que dans son texte il parle à notre délégué CGT comme à un ennemie.

            Ensuite il vous exprime son point de vue.
            Point de vue, non partagé par la CGT, d’autres syndicats, et d’autres membres du CE Européen.

            La vérité c’est que nous CGT refusons la fusion de syndicats que ce prétendu président prône.
            Comment une personne, ne faisant pas partie d’un syndicat n’y payant pas d’adhésion, peut prétendre y jouer un rôle.

            Si le représentant CGT a signé il y a 2 ans les statuts et la charte, c’est qu’a l’époque l’état d’esprit qui régnait au CE Européen était bien différent (meilleur) et pas celui qui y règne aujourd’hui par une recherche de pouvoir et d’une sphère d’influence.

            C’est pourquoi en date du 10/06/2008 un courrier est parti à chaque fédération les informant, du retrait de la signature par la CGT de la charte et des statuts du CE Européen.
            Pour les conséquences nous attendons de voir, puisque les conséquences riment plus avec menace qu’avec conseil.

            Pour les lettres d’avocats, et alors !!! Cela fait partie de notre rôle de Délégué syndical.

            Pour les questions de démocratie, qu’il ne s’inquiète pas, elle fait partie de notre syndicat, mais y vote et y contribue que les adhérents à jour de leurs cotisations … normal.
        • Mais qui est... Ce Nelson ???? Qui envoie ce message à la direction ???

          Bonjour Monsieur,

          Je souhaite envoyer un courrier à chaque syndicat signataire du CoEE Econocom. A cette fin, pouvez me transmettre le nom et l’adresse de chaque syndicat belge et français, y ayant désigné des représentants.

          Par avance merci Cordialement Nelson 00 33 6 80 34 32 18

          De toi à moi :

          Si la délation existe c’est toujours d’un pôle vers un autre... Par exemple

          syndicat=>direction ou... (plus rare)

          direction=>syndicat

          Tu comprends-tu ???? (j’en doute) Mais

          syndicat=>syndicat

          ou

          direction=>direction

          On appelle cela... Comment ??? Comment ??? DE L’INFORMATION

          Évidemment que la délation est de l’information c’est absolu Tel que tout carré est un rectangle = jamais l’inverse Et tant que tu n’auras pas compris que NOUS on est des rectangles (ou tout autre forme géométrique) mais surtout pas des carrés, tu ne pourras jamais comprendre ce qu’est le syndicalisme... Allez... Nelson on t’aime bien mais...Reste carré...On t’en veut pas...

          • Labor, laborare, collaborare ... ... collaborateur 16 juillet 2009 00:05, par CGTEMS
            ou la la !?!?
            Mais que se passe t’il ? Pourquoi tant de peur ? D’un délégué syndical belge que son syndicat recoive un courrier de la CGT. Qu’on t’il à craindre ? Que se reproche t’il ?

            Pourquoi parler de délation ? Avant même de savoir de quoi il s’agit.

            Le véritable problème que ce délégué ne vous donne pas, est quand la CGT écrit à la direction, systématiquement le courrier est transmis à sa section syndicale.
            Par contre, la direction ne nous transmets pas les leurs.

            Et nous vous le disons, c’est tant mieux, car cela prouve notre indépendance vis à vis de la direction.
            Par contre, nous nous demandons qu’elles sont les contrepartis qu’ils donnent en échange de ces « informations ».
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé |  CGTEMS © 2007 - Tous droits réservés |   Réalise par