Réorganisation des activités « Services »

mardi 31 juillet 2012, par CGTEMS


En France, Econocom continue sa stratégie de pénétration dans les offres à forte valeur ajoutée.
L'année dernière, le rachat d’ECS n’était qu’une première étape qui a permis à Econocom SAS (holding des sociétés Econocom) de reprendre la main sur les activités location-financement sur le territoire français tout en intégrant les services dans ses offres.

Aujourd’hui, une nouvelle organisation des services se redessine avec l’absorption d’Econocom Managed Services (EMS), Synopse et la Direction services d’Econocom France (ex ECS) au sein d’Alliance Support Services (ASS) pour former un ensemble qui pèsera sur le marché 150 millions d’€uros de Chiffre d’Affaire pour un effectif de près de 1450 salariés. Ceci est tiré du projet présenté le jeudi 12 juillet aux élus des CE d’ASS et EMS, ainsi que du CCE. A cette occasion un rendez vous a été pris afin que la Direction réponde aux questions de vos élus et puisse nous donner des informations sur la suite ce jeudi 06 septembre.

Ce choix est essentiellement lié à des raisons financières et sans autre logique.
Il est encore possible de faire infléchir le choix de la Direction en intégrant l’ensemble des personnels chez EMS. Choix plus naturel et auquel toutes et tous étions déjà préparés.

De prime abord, c’est un signe fort de pérennité, mais aussi en terme d’image auprès de nos clients et futurs clients.
Mais nous nous posons des questions sur le devenir des collègues occupant des fonctions qui n’entrent pas dans la stratégie de développement des activités services.

Pour preuve, Econocom continue sa stratégie de prédation sur des sociétés tierces, tant en Téléphonie qu’en Informatique, dont le dernier achat de Cap Synergy (spécialiste français de la sécurité des réseaux et des systèmes d'informations), voire les liens ci dessous :

econo-blog
channelbiz
channelnews
itespresso

Nous pouvons dès lors nous interroger sur le devenir de certains emplois dans cette future entité vu qu’aucune stratégie d’anticipation n’est exposée en termes de formation et accompagnement comme par exemple avec un accord GPEC (Gestion Prévisionnelle des Emplois et Compétences), alors que nous intégrons des compétences externes.

Notre crainte se caractérise par le fait qu’ASS a vu ses effectifs être divisés par deux en quatre ans et qu’ECS est passé de 1000 personnes à 800 en un an.
Le maintien dans l’emploi reste et restera la priorité de la CGT chez Econocom !!!

Cette appréhension découle par ailleurs du dernier communiqué de la Direction, où il est annoncé « un résultat en légère progression » mis en opposition avec « Les Services ont connu un léger recul de 3% sur leur revenu ».

La pilule sera à nouveau amère, car ce sont les salariés de toutes les entités qui payent une nouvelle fois (la troisième en deux ans) cette acquisition en sacrifiant augmentation de salaire, participation, conditions de travail … avec de la mobilité géographique forcée de ci de là.

Pour rappel, sur ces points, les revendications CGT sont un salaire minimum 1800€ pour les ETAM (Employés-Techniciens-Agents de Maitrise) et de 3031€ pour les IC (Ingénieurs et Cadres). Le calcul du fond spécial de participation se fait au minimum d’après le code du travail en prenant le résultat avant impôt, nous demandons que soit pris en compte le résultat courant à la place, ce qui est plus favorable pour les salariés et ainsi autorisé légalement.

Nous souhaitons aussi pouvoir conserver le meilleur de nos acquis sociaux comme la mutuelle, des accords d’entreprise … Nous disons NON au nivellement par le bas.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé |  CGTEMS © 2007 - Tous droits réservés |   Réalise par