Luttons plus, mobilisons nous le jeudi 28 octobre et le samedi 06 novembre 2010

mardi 26 octobre 2010, par CGTEMS


A l’issue de la réunion intersyndicale du 21 octobre, il a été décidé de deux nouvelles journées de manifestations, contre la réforme des retraites, ce jeudi 28 octobre et le samedi 6 novembre.

Contrairement à ce que l’on peut entendre dans certains médias, ce qui se passe en France est suivi même au-delà des frontières européennes et confortent ainsi l’importance et le rayonnement de la mobilisation contre la réforme régressive des retraites et contre les plans d’austérité imposés aux peuples.

C’est ainsi que la CGT a reçu de nombreux messages de soutien que vous trouverez sur le supplément à ce numéro « Tenez bon, nous sommes à vos côtés ! ».


— « Tenez bon, nous sommes à vos côtés ! » —

Le Gouvernement perd son sang froid !!!
Bousculés par la mobilisation massive des salariés contre leur réforme des retraites, le Président de la République et le Gouvernement se murent dans une posture de déni et dérivent vers une politique de répression et de violences policières.
Dans de nombreuses villes, les forces de l’ordre ont reçu la consigne de brutaliser les manifestants. Réquisition illégale. Des militants sont poursuivis, arrêtés, placés en garde à vue, simplement pour avoir collé des affiches ! Les CRS chargent des queues de manifestations, sans aucune raison.

La CGT dénonce également le « camouflage » sous des autocollants syndicaux, dont ceux de la CGT, de policiers dans les manifestations et rassemblements.

Bernard THIBAULT ce dimanche 24 octobre a pu répondre aux questions de Nicolas DEMORAND lors de l’émission « C POLITIQUE ».

L’ampleur des mobilisations confirme qu’au-delà de la réforme des retraites, l’emploi, les salaires, les conditions de travail mais aussi l’avenir des jeunes sont restés sans réponses efficaces notamment depuis l’aggravation des situations liée à la crise financière de 2008.

Fortes du soutien des salariés, des jeunes et d’une majorité de la population et face à une attitude intransigeante du gouvernement et du chef de l’Etat, il a été décidé de continuer et d’élargir la mobilisation.

Deux nouvelles journées de mobilisation :
-> le jeudi 28 octobre : une journée nationale de grèves et de manifestations dans la semaine du vote au Parlement.
-> le samedi 6 novembre : une journée de mobilisations et de manifestations avant la promulgation de la loi par le chef de l’Etat.



La CGT crée un fonds de solidarité

Au fil des semaines, la mobilisation s’amplifie.
Aujourd’hui, 71% des français exigent une autre réforme des retraites.
Tous expriment que cette réforme est injuste socialement, qu’elle est inefficace et qu’elle aggrave les inégalités.
La CGT a la volonté de poursuivre la mobilisation pour exiger une autre réforme plus juste et plus efficace, qui maintienne la retraite et consolide notre système solidaire de répartition, entre les générations.

C’est une mobilisation qui s’inscrit dans la durée.
D’ores et déjà la CGT met à disposition pour tous ceux qui veulent exprimer leur solidarité financière, un compte intitulé : « CGT Solidarité Luttes Retraite ».

Vos dons sont à mettre à l’ordre de
"CGT solidarité luttes retraite"
et à retourner à l’adresse :
"CGT solidarité luttes retraite"
263 rue de Paris
93100 Montreuil

Les salariés actifs et retraités, les jeunes, ne veulent pas d’une réforme des retraites injuste et inefficace.
Le gouvernement ne peut rester sourd à cette mobilisation exceptionnelle.
Les réponses du président de la République et du patronat ne peuvent se limiter aux atteintes au droit de grève, aux réquisitions abusives et au mépris.

L’intervention des salariés, des retraités et des jeunes, dans l’unité, par sa puissance et sa détermination, confère à l’ensemble du syndicalisme des responsabilités inédites. La confiance des salariés dans les organisations syndicales pour défendre leurs intérêts et combattre les reculs sociaux est renforcée. Cela se traduit pour la CGT par l’adhésion de 6 400 salariés depuis le 1er septembre et la création de nouvelles sections syndicales dans les entreprises.

L’aspiration à plus de justice sociale appelle à une autre répartition des richesses dans les choix de politique économique et sociale.

Le Gouvernement ne peut donc s’abriter derrière le vote du Parlement, pour clore le débat sur les retraites et dissuader les opposants à cette réforme de manifester les 28 octobre et 6 novembre.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé |  CGTEMS © 2007 - Tous droits réservés |   Réalise par